Le retard est la politesse des artistes...
André Maurois

"En direct !"

Où l’on apprend comment vider un stade en quelques minutes.

Un samedi soir, 22h. Dans le centre opérationnel, un petit groupe d’agents sont scotchés à un écran de télévision. Suivent-ils des trains en difficulté ? Pas du tout ! Ils regardent en fait un match de foot ! Est-ce bien sérieux ?

C’est que, pour ces agents en charge de la régulation des flux, c’est leur travail ! À chaque match qui se déroule au Stade de France, plus de 80 000 spectateurs sont rassemblés pour encourager leurs champions. C’est presque autant de voyageurs qu’il faut évacuer de la zone et ramener chez eux, une fois le match terminé. Évidemment, ils doivent être dispatchés partout en Ile-de-France et n’ont pas envie de poireauter plusieurs heures en attendant leur train, sinon ce serait trop simple !

Ce soir-là, les agents en charge suivent donc attentivement le match pour pouvoir envoyer les trains prévus pile au bon moment ! Et ils s’adaptent plus vite que la lumière. Il y a prolongation ? Tirs au but ? Ils décalent alors tous les trains : rien ne sert de faire passer en gare trois trains avant la fin du match, ils repartiraient vides… Et quand c’est un concert au Stade de France qui est annulé au dernier moment à cause de la pluie ? Les agents sont prévenus illico pour envoyer les trains deux heures plus tôt. 

Rien n’est laissé au hasard, tout est mené de main de maître au Centre opérationnel !

Vue du Stade de France